Depression, Mélancolie, Tristesse,

Les gens décevants

Il y a les gens qui t’aiment, te veulent du bien, qui t’apportent de bonnes ondes et beaucoup de courage. Et ….il y a les autres. Ces gens décevants. Ceux qui te blessent, te heurtent, te torpillent, te déçoivent tout simplement.

Je le sais, je suis parfois mélancolique, c’est vrai. Je m’efforce tant bien que mal de trouver le positif dans le négatif, je m’efforce tant bien que mal à être et rester heureuse. Pour moi, pour le futur mais aussi pour tous ces gens qui m’entourent et qui m’aiment. Je le leur dois bien. Dans les périodes difficiles, je peux beaucoup pleurer. Cela me fait du bien. Et dans les pires moments, il m’arrive même de m’imaginer ailleurs, loin, au fond du ravin. Je me persuade que ce serait mieux, plus serein, je me dis que j’y serait probablement bien. Enfin le calme, la tranquillité.
Comme après la pluie vient le soleil, après la douleur vient le bonheur.
Sourires, joie retrouvée, optimiste à son apogée. Je repense à ces idées noires, ces idées folles, et je me dit que, ce ne sont pas mes idées qui sont folles….mais que c’est moi.

Ne m’en voulais pas ce soir, de vous écrire avec la noirceur de mon coeur, l’écriture est une thérapie, alors je fais. Et si vous ne pouvez pas aller jusqu’au bout,alors arrêtez vous, car ce soir, je vous le dis, ça ne sera pas la fête de la joie.

J’aimerai mieux être folle, probablement, que cela m’empêcherait parfois de ressentir la douleur, la peine, de ne pas me rendre compte et de ne pas être blessée par ces gens.
Je suis une fille entière. Je ne sais que très peu faire dans la demi-mesure. Je suis une amoureuse entière, je suis une amie entière, je suis une collègue entière, je suis une voisine entière…quand je donne, je donne. Et quand j’aime, quand les gens me touchent, je donne. C’est ainsi.
Mais les gens décevants ne sont pas ainsi. Les gens décevants vous font croire, qu’ils vous aiment, qu’ils sont vos amis. Les gens décevants vous disent qu’ils prendront soin de vous, qu’ils ne vous laisseront pas et qu’ils seront toujours là. Les gens décevants, au boulot, ne vous rendent pas la pareille. Les gens décevants disent que vous pourrez toujours compter sur eux, mais n’ont jamais de temps à vous accorder. Les gens décevants promettent de ne jamais vous faire de mal, mais à la moindre occasion, vous blessent. Les gens décevants sont ceux qui vous écrivent pour soit-disant prendre de vos nouvelles et qui, une fois les nouvelles reçues, ne vous donne plus signe de vie. Les gens décevants, sont ces parents qui n’en sont pas, cette mamie à qui vous tenez la porte et qui ne vous dis pas merci, cet ex qui re débarquent dans votre vie avec un bouquet de jolies promesses qu’il ne tiendra pas. Les gens décevants sont partout. Les gens décevants sont là, souvent même à côté de moi.

Longtemps, je ne savais comment me défendre face aux gens décevants. Longtemps, je n’ai su comment réagir face aux gens décevants. Parfois ça me faisait si mal et ça me blessait tellement, que ma seule défense était les larmes, le retrait. Tellement de colère et l’envie de mettre le feu et d’hurler. Alors je pleurai…longtemps, des nuits entières. je me réveillais groggy de douleurs. Mon coeur avait mal, mon âme avait mal. Et c’est parfois encore le cas

La vie nous apprends à nous battre, à être forts. Pour certain cela est plus facile, la vie leur a donné beaucoup. Peut-être suis-je trop sensible? Peut-être suis-je trop entière? Peut-être suis-je trop naïve? Peut-être suis-je trop bête? Mais c’est comme ça, ces gens décevants me rendent malade. Mais le pire de tout ça, c’est que ces gens décevants me transforment. Je le sent. Les larmes laissent place peu à peu à l’amertume, la méfiance et l’indifférence.

Au milieu de ces gens décevants, j’essaie de voir une lumière, celle qui me garderait dans la positivité, celle qui me conserverait dans la gentillesse et un peu dans la naïveté. Mais je le sent, derrière mes rires, mes sourires, mes joies, mes bonheurs, je le sent, je suis en train de m’éteindre. La bonté s’effrite, la patience diminue, la douceur se ternie…l’espoir disparaît. Je n’y peut rien. Je suis un corps qui se vide, petit à petit…

Voilà ce que les gens décevants sont en train de faire de moi. une coquille…vide.
Dorénavant, il n’y aura plus de « Pardon » pour les gens décevants.

Alexandra

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.